Procharbon: Site d'information sur le charbon. Ses origines, son histoire, les produits charbonniers, les usages, les utilisations ou encore des contacts avec des vendeurs et détaillants de matériel et de charbon. Au dela du bois, le charbon... Procharbon - Le Syndicat des professionnels du charbon. Toutes les informations sur le charbon sont sur le site de procharbon. procharbon.org procharbon.com procharbon.fr procharbon.net revendeur vendeur detaillant conseil securite sécurité volume corrigé corrige besoins calorifique puissance chaleur chauffage poel poël charbon faq question cocicffpi Charbon procharbon.org Charbon procharbon.fr Charbon procharbon.net Charbon procharbon.com
   
Accueil > Utilisation > Fonctionnement


   Prevention


   L'oxyde de carbone

Savez-vous que :

Chaque année en France, nombre de personnes sont victimes d'une intoxication au MONOXYDE DE CARBONE appelé communément OXYDE DE CARBONE.

L’oxyde de carbone (CO) provient de la combustion incomplète des combustibles : gaz, fioul, charbon, bois, pétrole de chauffage, …
qui en cycle normal se transforment en gaz carbonique (CO2), eau et chaleur.

L’oxyde de carbone est un gaz, étant incolore, inodore et insipide, il est presque impossible à détecter. Les symptômes de l'intoxication peuvent être très vagues, et impliquent bon nombre de systèmes du corps.

Les symptômes de l'intoxication débutent par des maux de tête, des vertiges ou des nausées pouvant s’accompagner de troubles de la vision et de l’audition. Ils sont souvent confondus avec des intoxications alimentaires. Des vomissements peuvent alors apparaître, tout comme un état de torpeur ou d’euphorie et une impression de « jambes en coton ». Dans les cas extrêmes il s’ensuit une perte de connaissance. Faute d’intervention très rapide, l’intoxication oxycarbonée peut être fatale.

Les premiers gestes sont de prévenir les secours, d'aérer le local, d'arrêter l’appareil suspect, éventuellement d'évacuer les lieux.

 

   Mesures de sécurité

Savez-vous que :


Dans l'utilisation de tout appareil

quel qu'il soit, certaines mesures de sécurité sont impérativement à respecter


Différents types de chauffage ( gaz, fioul, charbon, bois, pétrole de chauffage, …) sont susceptibles d'émettre de l’oxyde de carbone. Le principe de fonctionnement de ces appareils exige un apport régulier d'Oxygène indispensable pour assurer une bonne combustion.

Les ouvertures d'aération ne doivent jamais être obturées (minimum grilles l5 x 15).

Ne calfeutrez pas trop les portes et les fenêtres.

Il est indispensable que le combustible solide utilisé soit bien adapté à l'appareil de chauffage.

N'oubliez pas que le charbon, comme tout autre combustible a besoin d'oxygène pour brûler convenablement , notamment s’il est de mauvaise qualité .

 


Pour votre information, n'hésitez pas
à vous faire conseiller par votre négociant
détaillant, c'est un spécialiste!

Il ne faut jamais sous estimer l'importance d'une cheminée

Une cheminée mal construite entraîne à coup sûr, des difficultés d'allumage et des refoulements de gaz.

 


Un feu sans reprise, lorsque les conditions
atmosphériques sont défavorables, notamment quand la température
est douce, en début ou en fin d'hiver et pendant les périodes de redoux,
est extrêmement dangereux!

  • Faire vérifier le bon état
    • des joints
    • des trappes à suies, portes de cendrier et portes vitrée
    • des tampons de chargement.
  • Décendrer périodiquement et à fond pour assurer un fonctionnement regulier afin d'éviter la détérioration des grilles.
  • Vider soigneusement le tiroir cendrier, n'attendez pas qu'il déborde, de plus cela évitera les poussières.

 

   Ramonage

Savez-vous que :

Le ramonage des conduits de fumée est une obligation règlementaire, tant pour le fuel domestique, que pour le gaz, le bois ou le charbon, qui résulte d'un arrêté préfectoral portant règlement sanitaire.


Un ramonage par an est obligatoire et doit
donner lieu a la délivrance d'un certificat
de ramonage établi par une entreprise spécialisée.
qui, en cas de sinistre sera exigé par votre compagnie assurance.

Ce document, dûment daté et signé, doit préciser avec exactitude la nature du travail effectué.

 Il doit en outre comporter les mentions obligatoires suivantes

  • raison sociale et adresse de l'entreprise.
  • numéro d'inscription au Registre du Commerce ou des Métiers.

Ces mentions sont destinées à apporter au consommateur l'assurance qu'il s'adresse à de vrais professionnels .

 Soyez, également exigeant sur la qualité du service rendu. Sachez en particulier qu'un ramonage doit toujours s'accompagner d'un brossage des parois destiné à faire tomber les suies qui seront recueillies par un aspirateur.




En faisant appel a des professionnels
serieux, vous serez a l'abri de toutes les
mésaventures que pourraient engendrer
une mauvaise exécution du travail


 

 

 

   Sécurité de l’installation : Les cheminées

   Un peu de technique

Lorsqu'un combustible brûle dans un foyer, les produits de la combustion qui sont des gaz : gaz carbonique, vapeur d'eau, azote, oxygène en excès, oxyde de carbone, sont évacués dans l'atmosphère par des conduits destinés à canaliser les fumées formées de ces gaz. Ces conduits sont appelés les CHEMINÉES.

En matière de chauffage domestique, la cheminée est toujours (sauf cas exceptionnel) à TIRAGE NATUREL c'est-à-dire que le TIRAGE, phénomène qui permet aux fumées de s'élever dans le conduit, se produit de façon naturelle, sans l'aide d'aucune source d'énergie, tout simplement parce que les gaz issus de la combustion sont chauds, donc plus légers que l'air ambiant et donc montent d'eux-mêmes dans la gaine métallique ou maçonnée prévue à cet effet.

Les conduits d'évacuation des fumées (les CHEMINÉES) doivent être bien construits et bien entretenus car les gaz cités plus haut peuvent avoir un caractère de toxicité pour les occupants des locaux chauffés si leur élimination dans l'atmosphère n'est pas totale.

Nous avons pour but que d'attirer l'attention du public sur les caractéristiques que doivent présenter les cheminées pour être d'un fonctionnement correct et sûr.

 

   Qualités d'une bonne cheminée  

Hauteur suffisante : pour que le tirage soit bon il est nécessaire que la cheminée ait une hauteur suffisante qui DÉPEND de la PUISSANCE du FOYER.
On fera particulièrement attention au cas où l'on remplace un foyer par un autre plus puissant, donc a priori dégageant plus de fumées, en conservant la même cheminée.
Noter également qu'une hauteur excessive est aussi néfaste, car les fumées s'y refroidissent trop avant expulsion dans l'atmosphère ce qui peut contrarier le tirage.

Section suffisante : la section des conduits de fumées doit être uniforme dans toute leur hauteur. Les règlements de construction imposent des sections minimales variant, selon les cas, de 2,5 dm² pour les conduits individuels à 4 dm² pour les conduits collectifs.

Disposition convenable : on ne peut pas faire parcourir aux fumées un chemin quelconque : il est indispensable de respecter un certain nombre de conditions techniques d'installation, toujours appliquées dans les constructions récentes, mais plus aléatoires quand il s'agit de cheminées anciennes qu'on utilise pour des foyers modernes à combustible solide ou liquide ou même gazeux.

 

Le législateur a réuni toutes les règles concernant les conduits de fumées desservant des logements dans l'arrêté du 22 octobre 1969 auquel on pourra se référer pour des renseignements détaillés.

 

La figure suivante met en évidence les principaux défauts à éviter absolument dans l'établissement d'une cheminée. On sera bien inspiré de s'y référer surtout lorsqu'il s'agira d'utiliser une cheminée ancienne, qui risque de présenter l'une ou l'autre de ces défectuosités : ne pas oublier qu'elle était peut être prévue pour un foyer à bois dans des conditions donc tout à fait différentes.

Principaux défauts a éviter

  • Cheminée trop basse
  • Section de sortie des fumées plus faible que celle du conduit.
  • Angle de déviation important (pertes de charge).
  • Pente trop faible permettant les dépôts de suie.
  • Obstruction partielle (nids d'oiseaux, chute de matériaux, extrémité de poutre, etc.)
  • Fissures
  • Variation de section
  • Intercommunication avec un conduit voisin.
  • Raccordement d'un autre foyer sur le même conduit.
  • Manteau de cheminée non obturé
  • Manchette de raccordement en contre­pente ou en saillie.
  • Tampon de ramonage non étanche

 

   Amélioration du tirage

Lorsque l'on utilise une cheminée existante (supposée construite selon les règles) pour desservir un nouvel appareil de chauffage, la mesure du tirage au moyen d'un appareil simple, appelé déprimomètre, peut faire apparaître un excès ou, au contraire, un manque de tirage.

Le tableau ci-contre donne la valeur de la dépression - ou tirage - qui doit régner au bas d'une cheminée desservant un appareil à charbon.

Cette dépression est mesurée en millimètres de colonne d'eau. Ce tableau donne également les températures des gaz que l'on mesure à la sortie du foyer et une indication de la hauteur minimale de la cheminée corres­pondante, s'agissant d'appareils de chauffage de petite puissance (individuels).

 

   Comment augmenter le tirage

Si le tirage est insuffisant, il faut contrôler que la cheminée soit en bon état : conduit bien ramoné, sans rugosité et sans corps étrangers. Si ces conditions sont remplies, il reste deux possibilités d’améliorer le tirage :

  • rehausser la cheminée : ce qui ne peut se faire en général que de façon modérée
  • munir la cheminée d’un aspirateur statique : il permet de se libérer notamment des effets néfastes du vent, celui-ci ayant même une action positive sur le tirage.

 

   Comment reduire le tirage

Si le tirage est excessif on intervient en ménageant à la base de la cheminée une entrée d’air supplémentaire. Cette opération peut utilement se réaliser par la mise en place d’un REGULATEUR DE TIRAGE, appareil simple et peu coûteux.

Le volet de réglage, très sensible aux variations de la dépression maintient en effet le tirage à une valeur à peu près constante, ce qui est très favorable pour le bon usage des appareils de chauffage.

 

   Remise en etat des conduits de Fumée

La remise en état des conduits de fumée peut être réalisée.

  • soit par "Chemisage"

C’est-à-dire la mise en place d'un enduit adéquat adhérant à l'ancienne paroi.
Cette application ne peut se faire qu'avec des matériaux spécifiques et suivant un procédé offrant toutes garanties. Ce travail ne peut être effectué que par des entreprises qualifiées à cet effet par l'Organisme Professionnel de Qualification et de Classification du Bâtiment (O.P.Q.C.B.).
La section, après cette opération, ne doit jamais être inférieure à 250 cm². Après chemisage, les conduits doivent répondre aux conditions de résistance au feu, d'étanchéité et de stabilité fixées par la réglementation en vigueur. De plus, une vérification du bon état du chemisage comportant un essai d'étanchéité, doit être effectuée tous les trois ans à l'initiative du propriétaire. (Article 31-5 du Règlement Sanitaire Départemental).

  • soit par "Tubage"

C’est-à-dire l'introduction à l'intérieur de ceux-ci de tuyaux indépendants.
Ce travail ne peut être effectué que par des entreprises qualifiées à cet effet par l'Organisme Professionnel de Qualification et de Classification du Bâtiment (O.P.Q.C.B.). Les conduits tubés pourront avoir une section inférieure à 250 cm² , sous réserve qu'ils restent conformes aux conditions requises par la puissance de l'appareil raccordé et permettent un ramonage efficace.
Après tubage, les conduits doivent répondre aux conditions de résistance au feu, d'étanchéité et de stabilité fixées par la réglementation en vigueur. De plus, une vérification du bon état du tubage comportant un essai d'étanchéité, doit être effectué tous les trois ans à l'initiative du propriétaire. Les conduits tubés ne peuvent être raccordés qu'à des appareils alimentés en combustibles gazeux ou en fuel domestique. (Article 31-4 du Règlement Sanitaire Départemental).

 

En ce qui concerne les conduits raccordés à des appareils à combustibles solides, une autorisation de tubage doit être demandée auprès de la Direction Départementale des Affaires Sociales et Sanitaires, Service Hygiène du Milieu (D.D.A.S.S.).
Il est souhaitable, dans l'intérêt général, que le tubage des conduits de fumée raccordés à des appareils à combustibles solides soit réalisé avec des tuyaux dits "POLYCOMBUSTIBLES" faisant l'objet d'un AVIS TECHNIQUE du C.S.T.B. (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) et bénéficiant d'une garantie décennale dûment spécifiée par le constructeur.

 

NOTA : Cette notice n'est rédigée qu'à titre d'information et ne peut EN AUCUN CAS engager la responsabilité de PROCHARBON. Toutes précisions ou autorisations devront être demandées, avant tra vaux, auprès de la D.D.A.S.S.

 

 

 
Fonctionnement   Haut de page   Stockage